Se déconnecter du numérique ? Plus qu’un besoin, un droit !

Se couper du numérique est un besoin aujourd'hui reconnu par la loi. En effet, le droit à la déconnexion encourage les salariés à revendiquer leur besoin. Pour prévenir le burn-out, éviter le multi-tasking et soyez créatifs !  

Qu'en dit la loi ? Le droit à la déconnexion

Depuis le 1er janvier 2017, les entreprises de plus de 50 salariés doivent ouvrir des négociations sur le droit à la déconnexion. Pourquoi ? Dans le cadre des accords sur la qualité de vie au travail (QVT), et afin de préserver l’équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle, l'Etat a décidé d'agir. Cette loi permet un véritable encadrement notamment des e-mails intempestifs pouvant inciter les salariés à travailler en dehors de leurs heures de travail et pendant leurs jours de congé. Mais le sujet dépasse largement le strict cadre juridique. Cette addiction à la technologie, contrainte ou inconsciente :
  • réduit la performance et la productivité des salariés,
  • augmente le taux d'absentéisme (migraines, burn-out...),
  • peut provoquer des mésententes voire des conflits chez des collaborateurs abusant de ces moyens de communication.
 

Où en est-on depuis ?

On constate pour le moment assez peu d'évolutions depuis cette loi. Les salariés sont sensibilisés mais seules les entreprises déjà en quête de RSE semblent s'être mobilisées, la course aux bonnes notes aidant (cf. Great Place to Work, LinkedIn's Top Companies...). Des sujets moins abordées au sein des plus petites structures. où le multi-tasking est souvent encore valorisé. Il est pourtant prouvé que paradoxalement, ce multi-tasking constant fait baisser la productivité des collaborateurs et peut même sur le long terme, provoquer une baisse jusqu'à 15 points de QI.  

Quelques exemples de solutions pour se couper quelques instants du numérique

Les entrepreneurs et dirigeants ont pour mission le bien être de leurs salariés au travail et cela peut passer par :
  • l'encadrement du travail pour un meilleur équilibre vie privée/professionnelle, inciter le personnel à communiquer par e-mail au bon moment et à limiter les messages intempestifs, que ce soit via une communication interne ou une application à intégrer.
  • la mise à disposition de lieu où la technologie n'est pas présente, comme proposer des salles de repos déconnectées, salle de jeux de société, bibliothèque...
  • la mise en avant d'activité non-numérique, un bon CE avec des offres pour faire des activités non numérique (sport, loisirs...) et/ou proposer des solutions pour sortir du numérique pendant les temps de pause (sport, yoga, méditation, massage...) permettant également aux participants de se déconnecter.
  • la prévention (mise en place de temps sans technologie lors de réunion, au déjeuner...).
  Cet article pourrait vous intéresser : 5 start-up qui améliorent la qualité de vie au travail #QVT  

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *